Politique

France-Maroc : l’imam Iquioussen libéré en Belgique et placé sous surveillance électronique

Réclamé par la France, l’imam marocain vient d’être remis en liberté par la justice belge, qui refuse toujours de l’extrader. Mais l’intéressé devra porter un bracelet électronique.

Mis à jour le 28 octobre 2022 à 14:52

L’imam marocain Hassan Iquioussen. © DR

L’imam Hassan Iquioussen, arrêté le 30 septembre près de Mons, fait l’objet d’une autorisation de libération en Belgique. Placé sous surveillance électronique, il devra résider chez un ami. Le parquet de Tournai, en Belgique, a confirmé à l’AFP l’information de BFMTV. « La détention sous bracelet a été accordée », a expliqué son avocat belge.

Âgé de 58 ans, le prédicateur et conférencier de nationalité marocaine fait l’objet d’une procédure d’expulsion en France depuis le 29 juillet. Son titre de séjour n’a pas été renouvelé. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait justifié cette procédure, sur la chaîne de télévision CNews, le 4 août, en arguant que l’intéressé avait tenu « des propos ouvertement antisémites, ouvertement xénophobes, ouvertement homophobes, ouvertement anti-femmes ».

À Lire Maroc-France : Hassan Iquioussen, un imam dans la tourmente

Fiché S par les services de renseignement français, le prédicateur se voit reprocher par l’arrêté d’expulsion « un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d’une vision de l’islam contraires aux valeurs de la République ».

Mandat d’arrêt « juridiquement infondé »

Après une cavale de plusieurs semaines en Belgique, afin d’éviter son interpellation par la police française et son expulsion vers le Maroc – qui avait initialement délivré un laissez-passer consulaire avant de revenir sur sa décision –, Hassan Iquioussen a été arrêté et placé en détention à la prison de Tournai.

La chambre du conseil de Tournai a refusé, le 21 octobre, de remettre le prédicateur aux autorités françaises. Le mandat d’arrêt européen lancé par une juge de Valenciennes à son encontre, lors de son départ de France, a été jugé juridiquement infondé. La défense de l’imam contestait en effet l’infraction reprochée de « soustraction à l’exécution d’une mesure d’éloignement ».

À Lire Maroc-France : le départ de Mohamed Benchaâboun, un pas de plus dans le malaise diplomatique

« Ni le droit ni les autorités de poursuite ne peuvent être instrumentalisés à des fins politiques, il fallait peut-être la Belgique pour le rappeler », a tweeté l’avocate française de l’imam, Maître Lucie Simon. Le parquet a fait appel de la décision.

Le même jour, le prédicateur a annoncé porter plainte contre le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, pour diffamation publique. Le locataire de la place Beauvau s’est exprimé plusieurs fois à ce sujet, déclarant notamment le 2 septembre qu’Hassan Iquioussen était « un délinquant, un fuyard et un séparatiste ».