Politique

Burkina – Mali : face à la Russie, les États-Unis en opération reconquête

La sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland a achevé une mission au Sahel. Elle a notamment rencontré Assimi Goïta et Ibrahim Traoré, et tenté d’accroître l’influence américaine dans leurs pays.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 octobre 2022 à 09:09

Victoria Nuland, la sous-secrétaire d’État américaine pour les Affaires politiques. © Danil Shamkin/NurPhoto via AFP

C’est un tweet qui n’a pas manqué de surprendre. Publié le 21 octobre par Victoria Nuland, la sous-secrétaire d’État américaine chargée des Affaires politiques, il la montre tout sourire, faisant un « check » avec le Premier ministre malien, Abdoulaye Maïga. Une décontraction étonnante alors que les relations entre leurs deux pays sont pour le moins tendues. Mais symbolique de la tentative d’offensive diplomatique lancée par Washington au Sahel, alors que la Russie ne cesse d’accroître son influence dans la région.

Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie : Victoria Nuland a effectué un voyage de quatre jours en Afrique de l’Ouest pour tenter de raffermir les liens avec les autorités de ces pays, dans une région qui a été secouée par des coups d’État au cours des deux dernières années.

« Nous avons échangé en particulier sur la stratégie américaine au Sahel », a déclaré la sous-secrétaire d’État, qui a dit souhaiter « apporter plus de cohérence aux efforts [américains] afin d’améliorer la sécurité et la gouvernance dans les pays qui ont connu des putschs » et les accompagner dans leur retour à un régime démocratique.

À Lire Macron-Poutine : fake news, influenceurs, barbouzes… Les secrets d’une guerre de l’ombre en Afrique

« Nous voulions nous assurer que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les populations du Sahel et renforcer leur confiance dans la capacité de leurs gouvernements à relever les défis auxquels ils sont confrontés, que ce soit sur le plan de la sécurité, de l’alimentation et du développement, de l’éducation, etc. » a-t-elle déclaré.

Inquiétude face à l’influence russe