Économie

Côte d’Ivoire : le groupe turc Limak veut investir 1,5 milliard d’euros dans le secteur hydroélectrique

Le groupe turc de BTP Limak souhaite investir près de 1,5 milliard d’euros dans la construction de trois barrages hydroélectriques sur le fleuve Sassandra (ouest de la Côte d’Ivoire).

Par
Mis à jour le 27 décembre 2013 à 17:04

Nihat Ozdemir (photo) est le président du groupe de BTP turc Limak. DR

« En tant qu’investisseurs turcs, nous sommes très intéressés par les atouts de la Côte d’Ivoire » indiquait laconiquement Nihat Ozdemir, PDG du groupe de BTP turc, Limak, au sortir de l’audience que lui a accordée le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, en novembre dernier. Les projets de l’homme d’affaires turc en Côte d’Ivoire sont pourtant ambitieux.

Investissements

En effet, Limak, troisième plus grand groupe privé de la Turquie, entend bien profiter de l’engouement des autorités ivoiriennes pour les infrastructures. Nihat Ozdemir est arrivé à Abidjan avec dans sa besace des projets d’investissements de l’ordre de 1,5 milliard d’euros dans la construction de trois barrages hydroélectriques sur le fleuve Sassandra (ouest de la Côte d’Ivoire).

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : le financement chinois du barrage de Soubré enfin bouclé
BTP : l’Afrique dans l’oeil des tigres d’Anatolie
Côte d’Ivoire : faut-il croire aux grands travaux ?

Parmi les arguments que le groupe, fondé en 1976, peut mettre en avant : son expérience. Sa filiale Limak Energy opère cinq centrales hydroélectriques en Turquie et compte en installer trois autres dès 2014.

Le conglomérat turc, qui a par ailleurs des activités dans l’hôtellerie, la construction, le transport et le tourisme, veut également miser sur le développement du BTP en Côte d’Ivoire via la construction d’une cimenterie d’une capacité de près de 1 million de tonnes.