Politique

Burkina Faso : cinq questions pour comprendre le recrutement massif de VDP 

Le capitaine Ibrahim Traoré a annoncé le recrutement de 50 000 volontaires pour la défense de la patrie, des supplétifs civils des forces de défense et de sécurité. Un choix qui fait polémique. Décryptage.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 novembre 2022 à 10:10

© MONTAGE JA : Sophie Garcia/HansLucas ; Présidence du Faso

LE DÉCRYPTAGE DE JA – Ibrahim Traoré l’a clairement annoncé : il a pris le pouvoir pour faire la guerre aux groupes jihadistes qui gangrènent son pays. Pour parvenir à ses fins, le capitaine de 34 ans, officiellement investi président de la transition jusqu’en 2024, a pris une mesure spectaculaire (et décriée par certains) : le recrutement de 50 000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Ces supplétifs civils doivent, selon les autorités, « renforcer les rangs de l’armée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ».

À Lire Burkina Faso : la mission (presque) impossible du capitaine Traoré

L’annonce de ce recrutement massif a été faite les 24 et 25 octobre par le commandant de la Brigade de veille et de défense patriotique (BVDP), le colonel Boukaré Zoungrana, nommé depuis ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité. Mais elle pose de nombreuses questions, notamment sur sa mise en œuvre. Jeune Afrique fait le point.

1- Qui sont les VDP ?

Les volontaires pour la défense de la patrie sont des supplétifs civils des forces de défense et de sécurité burkinabè. Leur statut est défini par la loi du 21 janvier 2020, adoptée par l’Assemblée nationale lorsque Roch Marc Christian Kaboré était au pouvoir.

Selon ce texte, le VDP « est une personne physique de nationalité burkinabè, auxiliaire des forces de défense et de sécurité, servant de façon volontaire les intérêts sécuritaires de son village ou de son secteur de résidence, en vertu d’un contrat signé entre le volontaire et l’État ». Sa mission « est de contribuer, au besoin par la force des armes, à la défense et à la protection des personnes et des biens de son village ou de son secteur de résidence ». Toujours d’après cette loi, il « doit obéissance à l’autorité militaire » et « est astreint à collaborer avec les autres forces de défense et de sécurité ».

À Lire Burkina Faso : après l’attaque d’Inata, une armée en plein doute 

Depuis leur déploiement officiel, début 2020, les VDP sont souvent en première ligne face aux groupes jihadistes qui attaquent le pays. Aucun bilan officiel n’existe, mais ils sont déjà nombreux à avoir été tués. Parmi eux, des personnalités connues et respectées pour leur engagement patriotique, tel Ladji Yoro, un chef VDP de la région de Ouahigouya dont la mort a provoqué unémoi national en décembre 2021.

2- Comment sont-ils recrutés et formés ?