Économie

Au Maroc, Gautam Adani, l’homme le plus riche d’Asie, jette son dévolu sur le « pétrole vert »

Après avoir exploré le terrain en 2016, Gautam Adani, quatrième fortune mondiale, chercherait désormais à investir dans un mégaprojet d’hydrogène vert au Maroc. Une aubaine pour OCP, qui veut réduire sa dépendance aux importations d’ammoniac.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 26 octobre 2022 à 17:13

Gautam Adani, fondateur et président d’Adani Group, au siège de l’entreprise à Ahmedabad, en Inde, le 21 juin 2019. © REBECCA CONWAY/The New York Times-REDUX-REA

La « visite de courtoisie » entre Mohamed Maliki, ambassadeur du Maroc en Inde, et Gautam Adani n’est pas passée inaperçue. Sans en dévoiler la teneur, le diplomate écrit le 21 octobre, sur Twitter, que cette rencontre avec l’homme le plus riche d’Asie (137 milliards de dollars de fortune personnelle, selon le Bloomberg Billionaires Index) « a permis d’étudier les moyens de développer les relations (…) dans différents domaines » entre le royaume et le géant indien Adani. Le conglomérat de l’homme d’affaires de 60 ans est actif notamment dans la production d’électricité, l’industrie portuaire, la logistique et le commerce.

À Lire Hydrogène : le Maroc à l’heure « H » ? 

Du côté marocain, si rien ne filtre sur les détails de la discussion, certaines sources ont affirmé à Bloomberg que le magnat envisagerait de construire des centrales éoliennes et solaires pour produire de l’hydrogène vert, destiné notamment à l’exportation vers l’Europe. Un projet de 10 gigawatts (GW), soit deux fois et demi la capacité actuelle des énergies renouvelables au Maroc.

Haut potentiel solaire et éolien

Une aubaine pour le royaume, qui entend doper la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique, pour la porter de près de 40 % actuellement à 64 % en 2030 ; et surtout parvenir, à terme, à exporter ce « pétrole vert » vers l’Europe, où de nombreux pays misent désormais sur la ressource pour accélérer leur transition énergétique. Ainsi de l’Allemagne, qui a approuvé en 2021 un plan (le H2 Global) de 900 millions d’euros en faveur d’un programme consacré à l’hydrogène vert.