Politique

« Covidgate » au Cameroun : Ferdinand Ngoh Ngoh visé par un mandat d’amener

Selon les informations de Jeune Afrique, le parquet du Tribunal criminel spécial a émis un mandat d’amener contre le tout-puissant secrétaire général de la présidence camerounaise. Le ministre d’État, qui a refusé de se présenter devant les juges le 18 octobre, peut-il être arrêté ? Explications.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 24 octobre 2022 à 16:19

Ferdinand Ngoh Ngoh, en octobre 2019. © MABOUP

Ferdinand Ngoh Ngoh avait été convoqué « physiquement » le 18 octobre dernier par les enquêteurs, afin d’y être auditionné dans le cadre du « Covidgate », un scandale consécutif à plusieurs cas de détournements de deniers publics et de surfacturations, documentés par un rapport de la Cour des comptes. Contacté par Jeune Afrique, l’un des proches du secrétaire général de la présidence (SGPR) estime que cette procédure s’apparente à un « harcèlement » visant à affaiblir le principal collaborateur de Paul Biya dans le but de pousser le président à le « lâcher ».

À Lire « Covidgate » au Cameroun : le vrai du faux dans l’affaire Ferdinand Ngoh Ngoh

Toujours selon son entourage, Ngoh Ngoh a refusé d’aller se faire auditionner car aucun indice sérieux ne justifie qu’il soit visé dans le cadre de cette procédure et donc, entendu. D’après ses partisans, les détournements et autres irrégularités dénoncés par le rapport de la Chambre des comptes de la Cour suprême sont antérieurs à la création au sein de la présidence de la fameuse task force à laquelle le gouvernement avait délégué la gestion de la riposte anti-Covid.

Perte de 14 milliards de F CFA