Économie

Royaume-Uni : Kwasi Kwarteng limogé

Le ministre britannique des Finances a confirmé son limogeage par la Première ministre Liz Truss, en pleine tempête économique et politique provoquée par ses mesures fiscales controversées.

Par
Mis à jour le 18 octobre 2022 à 17:40

La Première ministre britannique Liz Truss entourée, à sa droite, de Kwasi Kwarteng, chancelier de l’Échiquier britannique à Londres, le 7 septembre 2022. © PRU / AFP

« Vous m’avez demandé de démissionner en tant que Chancelier » de l’Échiquier, « j’ai accepté », a écrit Kwasi Kwarteng dans une lettre à la cheffe du gouvernement publié sur son compte Twitter, après à peine plus d’un mois à la tête du Trésor. Dans ce courrier, il explique qu’il avait accepté le poste « sachant parfaitement que la situation à laquelle nous faisons face était incroyablement difficile, avec la hausse des taux d’intérêt dans le monde et les prix de l’énergie ». « Votre vision d’optimisme, de croissance et de changement était la bonne », a-t-il poursuivi, répétant que « le statu quo n’est pas une option ».

À Lire Kwasi Kwarteng, cerveau de la contre-révolution conservatrice britannique

En fin de matinée, M. Kwarteng s’était rendu au 10 Downing Street, après être rentré plus tôt que prévu de Washington, où il participait aux réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Le 13 octobre, il s’était dit persuadé de rester à son poste.

Importance de son projet

Kwasi Kwarteng a évoqué le changement de « l’environnement économique depuis que nous avons présenté notre plan de croissance le 23 septembre ». « Il est important à présent que nous allions de l’avant pour souligner l’engagement de votre gouvernement envers la discipline budgétaire », a-t-il ajouté, mettant en avant l’importance du projet du gouvernement à moyen terme.

« Nous avons été collègues et amis depuis de nombreuses années », poursuit-il, louant le « dévouement » et la « détermination » de Liz Truss, qui doit s’exprimer lors d’une conférence de presse en début d’après-midi. « Je crois que votre vision est la bonne », « cela a été un honneur de servir en étant votre premier Chancelier », conclut-il.

(avec AFP)