Société

« Afrique » synonyme de « foutoir » : le dérapage raciste de l’ancien président de l’OM

Sur un plateau de télévision, l’ancien président de l’Olympique de Marseille a jugé que la crise actuelle des carburants mettait la France dans une situation comparable à celle de l’Afrique.

Mis à jour le 14 octobre 2022 à 17:22
Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

© Damien Glez

« Cri du cœur » : expression popularisée par l’écrivain Stendhal pour indiquer que la vérité des sentiments ne peut être exprimée que par des mots qui échappent à leurs auteurs en situation d’émotivité. C’est manifestement ému que le chroniqueur de la chaîne de télévision française CNews Jean-Claude Dassier évoquait, ce mardi 11 octobre, les grèves d’employés de TotalEnergies, d’Esso-ExxonMobil et les difficultés d’approvisionnement des automobilistes français en carburant, du fait du blocage de raffineries par des syndicalistes. Plus qu’agacé, l’ancien président de l’Olympique de Marseille s’est soudain exclamé : « On est en Afrique ! »

Que venait donc faire le continent africain dans cette galère dont aucun ressort ne semble lié à l’Afrique ? Voisin de plateau de Dassier, le journaliste Gérard Leclerc tente de recentrer le débat : « ça n’a rien à voir avec l’Afrique, ce sont des syndicalistes et la CGT ». De plus en plus énervé contre des grévistes qu’il juge illégitimes et qui, selon lui, se foutent « de la figure du monde », l’ex-dirigeant de l’OM essaie d’expliciter sa comparaison : « Je suis navré mais c’est l’Afrique ! C’est la loi du plus fort ! ». Finalement, en réponse à l’animatrice de l’émission Clélie Mathias, il enfonce le clou : « C’est le foutoir, c’est ce que je voulais dire ».

Racisme

Ainsi donc « Afrique » serait synonyme de « foutoir » et de règne « du plus fort », comme si l’Europe où réside le chroniqueur ne comptait pas de régimes « forts » et comme si la réputation de la France en matière de grèves était encore à faire. Le silence des auditeurs étant aussi coupable que les diatribes des tribuns, la chute de Clélie Mathias fait sourire. Après avoir entendu « foutoir », elle déclare : « Voilà, ça, c’est une autre expression. Je préfère celle-ci à la limite »… Condamnée pour injure raciste et provocation à la haine, en janvier dernier, la chaîne CNews est coutumière des propos scabreux, elle qui propulsa dans la lumière le polémiste Éric Zemmour.

À Lire Zemmour, le symptôme de notre défaite intellectuelle

Quant à Jean-Claude Dassier, la litanie de ses interventions laisse supposer que ces mots récents ne lui ont peut-être pas « échappé ». En septembre 2009, devant les salariés de l’Olympique de Marseille qu’il présidait alors, il déclarait : « Je ne serai pas un président à la libanaise, ni à l’africaine », alors même qu’il succédait au Franco-Sénégalais Pape Diouf. En février 2021, prétendant prôner la mixité, il évoquait l’école française en ces termes : « Tant qu’on s’adressera dans nos écoles, à des salles, à des classes qui comprennent 75% de noirs, d’arabes, j’en passe et des meilleures, on n’y arrivera jamais ». Une réflexion si affligeante qu’elle ne donne guère envie de savoir ce qu’il entend par « des meilleures »…