Politique
Une statue du stade de l’Amitié, à Libreville, le 21 janvier 2012. © Francois Mori/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Gabon : présidentielle, législatives, locales… le compte à rebours est lancé

Voir tout le sommaire
Politique

Élections au Gabon : c’est reparti pour deux tours !

Avec la présidentielle, puis les législatives et les locales, toutes prévues au second semestre de 2023, le pays entre clairement en pré-campagne. Jeune Afrique fait le point de la météo politique gabonaise avant l’échéance.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 novembre 2022 à 09:52

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, le 12 mars 2022, lors du 54e anniversaire du Parti démocratique gabonais (PDG). © Présidence Gabon

Dans ce dossier

Ils ne pensent qu’à ça. Alors qu’elle ne devrait se tenir que dans dix mois, en août 2023, l’élection présidentielle éclipse déjà tous les autres grands sujets de politique intérieure. On dirait même que, sitôt proclamés les résultats de la dernière élection présidentielle, en 2016, les adversaires du président gabonais étaient repartis en campagne en quête de revanche. Le vainqueur, s’il en avait eu les moyens, aurait tout de suite refermé la parenthèse électorale pour remettre les Gabonais au travail et, ainsi, réaliser ses promesses.

Mise sous tension par le scénario du vote, la rue en a décidé autrement. Ali Bongo Ondimba (ABO) a dû faire face à une violente contestation. Pas question pour ses adversaires d’attendre la fin du bail. Arrivé en deuxième position à l’issue du scrutin, Jean Ping n’a jamais reconnu l’élection de son concurrent. La coalition de l’opposition ayant volé en éclats, ils ont été nombreux à nourrir de nouvelles ambitions.

À Lire Gabon : Ali Bongo Ondimba peut-il l’emporter en 2023 ? Par Marwane Ben Yahmed

« Je crois que Guy Nzouba-Ndama [fondateur des Démocrates] était déjà candidat au moment de la prestation de serment d’Ali Bongo Ondimba en 2016 », ironise un cadre de l’Union nationale (UN, opposition). Et si Alexandre Barro Chambrier (ABC), le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), multiplie les tournées dans le Gabon profond, c’est bien parce qu’il entend s’imposer en 2023 comme candidat légitime de l’opposition. Ils ne sont pas les seuls à se croire dotés de l’étoffe d’un chef d’État. Une brochette de candidats potentiels se prépare, pour le moment en coulisses, commelors de la Tropicale Amissa Bongo, où le gros du peloton laisse partir l’échappée, attendant l’heure du rattrapage, dans la dernière ligne droite.

Le sortant est le « candidat à abattre »