Politique économique
Des activistes écologistes devant le Lincoln Memorial, à Washington, le 6 octobre 2022. © Allison Bailey / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Cet article est issu du dossier

FMI-Banque mondiale : inflation, famine, crise énergétique… Comment éviter le chaos

Voir tout le sommaire
Économie

Maroc-Algérie : vers un essoufflement du rattrapage économique

L’écart entre les PIB des deux pays a atteint en 2021 son plus bas niveau depuis des années. Mais d’après le FMI, cette dynamique s’affaiblit.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 octobre 2022 à 22:09

La directrice du FMI, Kristalina Georgieva, le 10 octobre à Washington, aux États-Unis. © Drew Angerer/Getty Images via AFP.

L’édition d’octobre du World Economic Outlook (WEO), rapport phare du Fonds monétaire international, annonce un avis de tempête pour l’économie mondiale et nombre de pays africains. Le rebond post-Covid de l’an dernier s’essouffle, en raison notamment de la crise en Ukraine, qui non seulement ralentit la croissance mais aussi renforce les pressions inflationnistes.

Le taux de croissance réel du PIB mondial devrait chuter à 3,2 % cette année, contre 6 % en 2021. « L’inflation mondiale devrait passer de 4,7 % en 2021 à 8,8 % en 2022 », signale le WEO.

Au Sud du Sahara, le recul de la croissance est moins prononcé, de 4,7 % à 3,6 % attendu cette année. En revanche, la poussée inflationniste devrait être plus forte de 3,3 points, à 14,4 % cette année.

Évolutions contrastées au Maghreb

Autre enseignement intéressant de la mise à jour d’octobre du WEO : les évolutions contrastées des pays