Politique
Une statue du stade de l’Amitié, à Libreville, le 21 janvier 2012. © Francois Mori/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Gabon : présidentielle, législatives, locales… le compte à rebours est lancé

Voir tout le sommaire
Politique

Au Gabon, pourquoi est-on blanc comme le PDG ?

Dis-moi comment tu t’habilles, je te dirai quel « PDGiste » tu es. Revue de style au sein du parti présidentiel.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 octobre 2022 à 14:34
Georges Dougueli

Par Georges Dougueli

Journaliste spécialisé sur l'Afrique subsaharienne, il s’occupe particulièrement de l’Afrique centrale, de l’Union africaine et de la diversité en France. Il se passionne notamment pour les grands reportages et les coulisses de la politique.

© DOM

Dans ce dossier

Le congrès du Parti démocratique gabonais (PDG), qui devrait se tenir avant l’élection présidentielle prévue en août 2023, sera ce rendez-vous statutaire qui entérinera les nominations récentes et devrait recueillir la déclaration de candidature du président sortant. Il sera aussi ce concours d’élégance où l’élite politico-administrative débarquera vêtue de blanc, dress code digne d’une fête tropézienne, et hérité de l’époque d’Omar Bongo Ondimba.

Ce blanc immaculé, le « Doyen » l’aurait instauré pour matérialiser l’une des pensées contenues dans son « petit livre vert » intitulé Rénovation. Il y clamait son souhait de faire de la politique en gardant les « mains propres ». Au congrès, « Omar » débarquait en costume de grand couturier à revers cranté, ou en col Mao, qu’il « cassait » avec des chaussures – à talonnettes – noires, une cravate, des lunettes et d’autres accessoires assortis.