Politique économique
Des activistes écologistes devant le Lincoln Memorial, à Washington, le 6 octobre 2022. © Allison Bailey / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Cet article est issu du dossier

FMI-Banque mondiale : inflation, famine, crise énergétique… Comment éviter le chaos

Voir tout le sommaire
Économie

FMI-Banque mondiale : la faim au menu des assemblées annuelles

C’est la première fois que les responsables de la politique financière mondiale se réunissent à Washington depuis la pandémie, et ce jusqu’au 16 octobre. L’un des thèmes centraux est la maîtrise de la flambée des prix des denrées alimentaires.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 11 octobre 2022 à 17:10

Des panneaux à l’extérieur du siège du FMI au premier jour des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, à Washington DC, le 10 octobre 2022. WASHINGTON, DC – OCTOBER 10: Signage outside the IMF headquarters is displayed on the first day of the IMF and World Bank Annual Meetings on October 10, 2022 in Washington, DC. The International Monetary Fund and World Bank Group are holding their annual meetings in Washington, DC this week. Last week, the IMF executive board approved $1.3 billion in emergency funding for Ukraine. © Drew Angerer/Getty Images via AFP

Le prix des denrées alimentaires n’en finit plus de s’envoler, gonflé par une série de calamités toutes plus dramatiques les unes que les autres. Réchauffement climatique, pandémie et invasion de l’Ukraine par la Russie ont fait prendre 40 % aux cours des produits de base ces deux dernières années, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. L’Afrique, qui dépend fortement des importations de blé, d’huile de palme et de riz, est une des régions les plus durement touchées avec une augmentation de 19 % au cours de la seule année dernière.

À lire sur The Africa ReportIMF, World Bank, finance officials : can they tame food price hikes ?

Les augmentations connexes des prix du carburant et des engrais n’ont fait qu’aggraver la situation en mettant à rude épreuve la production et la distribution alimentaires nationales, tandis que la hausse du billet vert a