Politique

Burkina Faso : Ibrahim Traoré, le « vieux » plus jeune chef d’État du monde

Devenu président du Faso, le putschiste Ibrahim Traoré est actuellement le plus jeune de tous les chefs d’État de la planète. Dans un pays qui n’en reste pas moins majoritairement peuplé de citoyens bien plus jeunes que lui…

Mis à jour le 9 octobre 2022 à 16:26
Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

© Damien Glez

Celui qui aime préciser ne pas être intéressé par le pouvoir vient d’être propulsé premier magistrat du Burkina Faso, par la magie des kalachnikovs puis des procédures internes du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Ibrahim Traoré n’a que 34 ans et pourrait donc quitter le pouvoir avant d’en avoir 35, pour peu que les « Assises nationales » annoncées dégagent un consensus autour d’un président de transition, éventuellement civil. La retraite d’ancien chef d’État de celui qu’on surnomme déjà « IB » pourrait donc peser sur le budget national pendant un demi-siècle…

À Lire Burkina Faso : qui est Ibrahim Traoré, le capitaine qui a fait tomber Damiba ?

Ce jeu des statistiques et des dates de naissance révèle que le gestionnaire des « affaires courantes » burkinabè est actuellement le plus jeune chef d’État du monde. Il est né en 1988, alors que Gabriel Boric, arrivé à la présidence chilienne en mars dernier, est né en 1986. Même rares, les dirigeants trentenaires ne sont pas tout à fait des exceptions. Actuellement âgée de 38 ans, la Finlandaise Sanna Marin est Première ministre depuis près de trois ans.

Mais la jeunesse prometteuse s’émousse rapidement. Arrivés trentenaires au pouvoir, le Français Emmanuel Macron et le Togolais Faure Essozimna Gnassingbé ont respectivement 44 et 54 ans. Quant au Nord-coréen Kim Jong-un, il devrait être quadragénaire le 8 janvier prochain, si l’on en croit certaines biographies discutées…

L’âge d’Ibrahim Traoré n’est pas sans rappeler celui du père de la révolution burkinabè, figure historique sacrifiée qui fait l’objet d’un culte inégalé. Capitaine comme lui, Thomas Sankara était dans sa trente-quatrième année lorsqu’il accédait au pouvoir de la Haute-Volta, le 4 août 1983. L’histoire dira si Traoré saura créer son propre mythe, lui qui cultive pour l’instant le profil bas…

Écart d’âge

Si l’Afrique se révèle la championne des présidents jeunes, elle se fait également remarquer dans les classements des magistrats suprêmes ayant célébré le plus de printemps. Après le décès de la reine Elizabeth II à 96 ans, Paul Biya est devenu le chef d’État le plus âgé – 55 ans le séparent d’Ibrahim Traoré –, à défaut d’être le doyen en nombre d’années passées sur le trône. Le dirigeant camerounais fêtera ses 90 bougies en février prochain. Et les réseaux sociaux de s’amuser du fait qu’un Burkinabè d’un an a connu trois fois plus de présidents qu’un Camerounais de 39 ans…

À Lire Burkina : Paul-Henri Sandaogo Damiba contraint à la démission

Pour peu que la surveillance médicale soit fiable et transparente, l’âge du leader n’est pas une question rédhibitoire, en dépit de certaines restrictions constitutionnelles appliquées, dans certains pays, aux candidats à la candidature. Souvent présentés comme la première puissance mondiale, les États-Unis sont dirigés par un homme qui fêtera ses 80 ans dans six semaines, alors qu’il n’est qu’au milieu de son premier mandat…

Les dirigeants aux âges extrêmes ne sont donc pas spécifiquement africains. Si le capitaine sierra-léonais Valentine Strasser arriva au pouvoir à 26 ans, en 1992, Elizabeth II fut intronisée à 25 ans. Et d’ailleurs, la jeunesse est relative. Selon les statistiques de 2018, l’âge d’Ibrahim Traoré est exactement le double de l’âge médian burkinabè. Et les trois quarts de la population sont plus jeunes que lui. D’un certain point de vue, le jeune président est un vieux Burkinabè…