Économie

Mobile money : Safaricom décroche sa licence en Éthiopie

Quelques heures après le lancement officiel de ses services à Addis-Abeba, l’opérateur de télécommunications d’origine kényane a annoncé avoir obtenu une licence pour des services de transfert d’argent par téléphone.

Par
Mis à jour le 7 octobre 2022 à 10:30

Un employé fixe une publicité sur la devanture d’une boutique Safaricom Ethiopia à Addis-Abeba, le 29 juillet 2022. © REUTERS/Tiksa Negeri

L’opérateur kényan Safaricom a annoncé, le jeudi 6 octobre, avoir conclu un accord pour un service de transfert d’argent par téléphone mobile en Éthiopie, le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, où il est désormais le premier opérateur privé de télécommunications.

À Lire Télécoms en Éthiopie : une seconde chance pour MTN ?

L’entrée de Safaricom en Éthiopie met fin au monopole de l’entreprise publique Ethio Telecom dans ce pays de plus de 110 millions d’habitants, étroitement contrôlé. Safaricom a mis en service son réseau et ses services dans la capitale, Addis-Abeba, après des essais concluants dans dix autres villes, a déclaré le géant kényan des télécommunications dans un communiqué.

14 villes supplémentaires d’ici à avril 2023

Le gouvernement éthiopien avait annoncé l’année dernière son intention de mettre fin au monopole d’État dans le secteur des télécommunications, un élément clé du programme de réforme économique du Premier ministre Abiy Ahmed. Le réseau de Safaricom offrira des services de données 4G, de voix et de SMS entre les clients de Safaricom Ethiopia et d’Ethio Telecom, tandis que « le déploiement du réseau national se poursuivra pour atteindre 14 villes supplémentaires d’ici avril 2023 », est-il précisé dans le communiqué.

À Lire États-Unis-Chine : poker menteur en Éthiopie, des télécoms à la finance

Safaricom a ensuite annoncé avoir obtenu une licence pour exploiter un service de transfert d’argent par téléphone mobile en Éthiopie, à l’image de son service M-Pesa lancé au Kenya, où il est devenu indispensable. Cet accord est « très important, il faisait partie du business plan », a déclaré le PDG de Safaricom Ethiopia, Anwar Soussa, lors de la cérémonie de lancement de la société, ajoutant que le déploiement du service pourrait prendre deux à trois mois.

Investir 8,5 millions de dollars sur dix ans

Ces accords ont été annoncés alors que le nouveau président du Kenya, William Ruto, s’est rendu en Éthiopie et s’est entretenu avec Abiy Ahmed. Cotée à la bourse de Nairobi, Safaricom est l’une des plus grandes entreprises d’Afrique de l’Est, son succès étant alimenté par M-Pesa, lancé en 2007.

Safaricom est détenu à 35 % par le gouvernement kényan et à 40 % par la société sud-africaine Vodacom, les autres actions étant cotées en bourse. En 2021, dans le cadre de plans visant à réorganiser le secteur des télécommunications, l’Éthiopie a lancé un appel d’offres pour attribuer deux licences à des opérateurs de télécommunications privés.

À Lire Éthiopie : Ethio Telecom résistera-t-il à l’assaut de Safaricom ?

Une licence a été attribuée à un consortium dirigé par Safaricom, qui a offert 850 millions de dollars (862 millions d’euros) et a promis d’investir 8,5 millions de dollars sur dix ans. L’Éthiopie a également lancé le processus de vente d’une participation de 40 % dans Ethio Telecom, mais les plans ont été mis en attente au début de cette année.

Avec AFP