Économie

Soupçons de népotisme à la BEAC : les ministres des Finances suspendent le concours de recrutement

Un cabinet international sera recruté pour auditer le processus, a décidé le comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac), réuni le 6 octobre, à Yaoundé. La veille, le conseil d’administration de la Banque centrale avait pourtant préconisé la finalisation du concours.

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 7 octobre 2022 à 12:18

Le siège de la BEAC, à Yaoundé, au Cameroun. © Alamy

Une seule réunion entrecoupée de deux huis clos et le verdict est tombé. Réuni le 6 octobre, à Yaoundé, le comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac), qui regroupe le Gabon, le Congo, le Tchad, la RCA, la Guinée équatoriale et le Cameroun, a décidé de suspendre le controversé concours de recrutement des agents d’encadrement supérieur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC). « (…) En attendant un audit par un cabinet international recruté sur la base des termes de référence validés par le comité ministériel », confirme un ministre des Finances joint par Jeune Afrique.

Président de cette instance, mais également du conseil d’administration de la banque centrale régionale, Hervé Ndoba, l’argentier centrafricain, remporte donc le bras de fer qui l’opposait depuis plusieurs semaines au gouverneur, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli. Le premier, à coups de missives, n’a eu de cesse d’appeler à la tenue d’une concertation ministérielle depuis que des dysfonctionnements ont émaillé l’organisation des épreuves et que des soupçons de népotisme ont été révélés après la publication de la liste des candidats admissibles.

À Lire Abbas Mahamat Tolli (BEAC) : « Je n’ai rien à me reprocher »