Économie

Internet : qui est WIOCC, discret mais incontournable acteur africain de la fibre optique ?

Le consortium privé né en 2008 et dédié à la gestion de câbles sous-marins s’est transformé au fil des années en un acteur incontournable de l’internet africain. IFC vient de lui apporter 30 millions de dollars pour soutenir sa diversification dans les datacenters.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 5 octobre 2022 à 09:34

Google, en collaboration avec son partenaire d’atterrissage de câble, WIOCC, célèbre l’atterrissage du premier câble sous-marin à large bande Internet Equiano, à Lagos, le 23 avril 2022. © DR

La levée de fonds se joue à un rythme effréné pour le consortium mauricien WIOCC. Créé en 2008 par une dizaine d’opérateurs télécoms africains (BoFiNet au Botswana, Onatel Burundi, Djibouti Telecom, Telkom Kenya, l’autorité de communications du Lesotho, TMCEL au Mozambique, Dalkom Somalie, Zantel en Tanzania, Ouganda Telecom, TelOne au Zimbabwe) afin d’investir dans des infrastructures de réseaux continentales, l’opérateur dirigé par le britannique Chris Wood annonce accueillir, IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, à son tour de table via une prise de participation à hauteur de 30 millions de dollars.

À Lire Fibre optique : le Togo, premier point de chute du câble Equiano de Google

Diversification dans les datacenters

Depuis fin 2021, l’opérateur a entamé une diversification de ses activités dans la fibre optique terrestre (il en détient d’ores et déjà 55 000 kilomètres en Afrique du Sud et en Zambie) et les datacenters neutres via sa filiale