Politique

Coup d’État au Burkina Faso : dans les coulisses du départ de Damiba

Après avoir pensé qu’il pouvait inverser le rapport de force, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a fini par se résigner, dans la nuit du 1er au 2 octobre. Sur les conseils de plusieurs chefs d’État.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 5 octobre 2022 à 09:46

Paul-Henri Sandaogo Damiba, lors de sa cérémonie d’investiture, le 2 mars. © Sophie Garcia

C’est dans la nuit du 1er au 2 octobre que le coup d’État est devenu irréversible au Burkina Faso. Alors que beaucoup estimaient le rapport de force plutôt favorable au lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, les choses ont basculé en quelques heures à cause de, notamment, la mobilisation de la rue par les putschistes.

À Lire Burkina Faso : qui est Ibrahim Traoré, le capitaine qui a fait tomber Damiba ?

Une fois la nuit tombée sur Ouagadougou où, dans plusieurs quartiers, des manifestants avaient pris fait et cause pour le capitaine Ibrahim Traoré et ses hommes, l’état-major burkinabè s’est progressivement rallié à eux – sous l’impulsion, entre autres, du colonel-major David Kabré, le chef d’état-major général des armées. Idem pour la base aérienne 511, ainsi que pour plusieurs membres des forces spéciales, pourtant réputées loyales à Damiba.

Plusieurs conditions