Politique économique
Des activistes écologistes devant le Lincoln Memorial, à Washington, le 6 octobre 2022. © Allison Bailey / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Cet article est issu du dossier

FMI-Banque mondiale : inflation, famine, crise énergétique… Comment éviter le chaos

Voir tout le sommaire
Économie

L’Afrique subsaharienne doit miser sur l’agriculture, la santé et l’éducation, selon la Banque mondiale

Dans son rapport « Africa’s Pulse », la Banque mondiale exhorte les États africains à réorienter leurs politiques publiques vers des secteurs à impact sur le développement, alors que le ralentissement de la croissance, et le contexte macroéconomique affectent de plus en plus durement le continent.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 4 octobre 2022 à 13:53

Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, lors d’une conférence de presse sur les développements du Covid-19, le 4 mars 2020 à Washington, DC. © Samuel Corum/Getty Images/AFP

Dans sa nouvelle édition de son célèbre rapport Africa’s Pulse dévoilée ce 4 octobre, la Banque mondiale revoit à la baisse ses prévisions par rapport au mois d’avril dernier. En Afrique subsaharienne, la banque de développement prévoit une décélération de la croissance de 4,1 % en 2021 à 3,3 % en 2022. La faible croissance du revenu par habitant (+0,7 %) pour la région en 2022 est, quant à elle, jugée insuffisante pour atteindre les objectifs fixés de réduction de la pauvreté.

Au 31 juillet, 29 des 33 pays d’Afrique subsaharienne pour lesquels des données sont disponibles présentaient des taux d’inflation supérieurs à 5 %, tandis que 17 pays affichaient une inflation à deux chiffres. Citant les chiffres de son rapport mondial sur les crises alimentaires – actualisé en milieu d’année –, la Banque mondiale rappelle que plus d’un Africain sur cinq souffre désormais de la faim. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë a été estimé à 140 millions en 2022, contre 120 millions en 2021. Rien qu’en Afrique de l’Est, 55 millions de personnes seront en situation d’insécurité alimentaire aiguë, contre 41 millions en 2021.

À Lire Inflation : cinq questions pour comprendre la flambée des prix en Afrique