Politique économique
Des activistes écologistes devant le Lincoln Memorial, à Washington, le 6 octobre 2022. © Allison Bailey / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Cet article est issu du dossier

FMI-Banque mondiale : inflation, famine, crise énergétique… Comment éviter le chaos

Voir tout le sommaire
Économie

Le Ghana en proie au doute avant un éventuel sauvetage par le FMI

Le pays dirigé par Nana Akufo-Addo traverse une grave crise économique, mais l’aide internationale ne peut être sa seule issue sur le long terme. D’autant que des caciques du parti au pouvoir ne soutiennent pas le recours au fonds.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 octobre 2022 à 09:02

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, le 28 février 2018, à Berlin. © John MacDougall / AFP.

Le temps presse. Au moment où le Ghana s’enfonce dans une sévère crise économique avec une dette qui s’alourdit (38 milliards de dollars), une inflation qui monte en flèche (+35 %) et une monnaie dont la valeur fond comme neige au soleil (-40 % entre janvier et septembre), Ken Ofori-Atta, son ministre des Finances, doit urgemment renflouer les caisses de l’État.

Après moult hésitations, il a finalement formulé en juillet, pour la 17e fois depuis l’indépendance du Ghana, une demande de crédit de 3 milliards de dollars auprès du Fonds international monétaire (FMI). Arrivée à Accra le 26 septembre, une équipe de l’institution travaille avec le gouvernement jusqu’à ce 7 octobre à la mise en place d’un programme de réformes devant permettre le décaissement du montant sollicité.

Manque de soutien local

Rien n’est cependant encore gagné. Surtout que côté ghanéen, les différents acteurs publics ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la marche à suivre. Alors que de hauts responsables du Congrès national démocratique (NDC, parti d’opposition) plaident en faveur d’un accord avec le FMI, tout en voulant protéger les programmes sociaux et les emplois du secteur public, nombreux sont les hommes d’affaires du Nouveau parti patriotique (NPP, au pouvoir), qui s’y opposent. Ces derniers soutiennent qu’un accord avec le fonds reviendrait à lui sous-traiter la gestion économique du pays, portant ainsi atteinte à la souveraineté nationale.

À Lire Ghana : en pleine crise économique, Accra sollicite l’aide du FMI