Politique

Sénégal : confusion autour d’une probable amnistie de Khalifa Sall et Karim Wade

Annoncée en catimini au terme du dernier conseil des ministres, une disposition d’amnistie pourrait bénéficier aux deux opposants. Qui ne semblent pas en vouloir.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 1 octobre 2022 à 08:12

Des manifestants de l’opposition sénégalaise tiennent des photos de l’ancien ministre Karim Wade et du maire de Dakar Khalifa Sall lors d’une marche pour exiger la transparence des élections à Dakar, le 29 novembre 2018. © SEYLLOU / AFP

Le président Macky Sall pourrait-il, prochainement, remettre les compteurs à zéro au profit de deux de ses opposants les plus emblématiques : Khalifa Sall, l’ancien maire de Dakar, et Karim Wade, fils de l’ancien chef de l’État et candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS) à la présidentielle ?

À Lire Sénégal : Macky Sall, trois défis pour une présidentielle

Tous deux ont plusieurs points en commun. En 2015 (pour Karim Wade) et en 2018 (pour Khalifa Sall), ils ont été condamnés par la justice sénégalaise dans le cadre d’une affaire financière. Tous deux ont ensuite passé plusieurs années en prison, à la maison d’arrêt dakaroise de Rebeuss. Ils en sont sortis avant le terme de leur peine après avoir été graciés par Macky Sall. Mais tous deux continuent de subir les conséquences d’une privation de leurs droits civiques qui les aura empêchés de se porter candidat lors de la dernière élection présidentielle, au début de 2019.

Feuilleton judiciaire

Ce 29 septembre, une disposition discrète, noyée dans le compte-rendu hebdomadaire du conseil des ministres, est venue relancer le feuilleton judiciaire autour de ces deux personnalités politiques sénégalaises. « Abordant la consolidation du dialogue national et l’ouverture politique, le président de la République demande au garde des Sceaux, ministre de la Justice, d’examiner, dans les meilleurs délais, les possibilités et le schéma adéquat d’amnistie pour des personnes ayant perdu leur droit de vote », est-il écrit.