Économie

Rachat de la Bicici : la Côte d’Ivoire bouleverse la hiérarchie bancaire ouest-africaine

Avec la reprise de la filiale de la BNP, la BNI ivoirienne s’apprête à distancer sa rivale publique Banque malienne de solidarité, et se rapproche ainsi du leader régional, Société générale.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 septembre 2022 à 16:52

Le rachat par l’État ivoirien de la Bicici, filiale locale de BNP Paribas, permet au pays de concrétiser son ambition de loger un futur champion bancaire panafricain. © Issouf SANOGO / AFP)

Prévue dans l’après-midi du 30 septembre, la signature à Paris de l’accord de rachat de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie de la Côte d’Ivoire (Bicici) va conduire à un bouleversement majeur du secteur bancaire ouest-africain.

La désormais ex-filiale de BNP Paribas occupe le 16e rang des établissements de crédits dans la zone Uemoa, avec 848,4 milliards de F CFA (1,29 milliard d’euros) d’actifs à la fin 2021. Tandis que le quatuor d’établissements financiers publics ivoiriens repreneur de la Bicici est mené par la Banque nationale d’investissement (BNI). Cette dernière se classe à l’heure actuelle au 9e rang dans la sous-région, avec un bilan de 1 216,6 milliards de F CFA. Elle est devancée au niveau régional par la Banque malienne de solidarité (BMS, 8e, avec 1 238 milliards de F CFA au bilan).

À Lire Côte d’Ivoire : avec la Bicici, Alassane Ouattara tient enfin sa banque