Économie

Start-up et financement : un bond du capital-risque à relativiser en Afrique

Les transactions sur le continent ont plus que doublé sur les six premiers mois par rapport à la même période un an auparavant. Mais si certains secteurs comme la santé et l’agroalimentaire séduisent les investisseurs, des barrières demeurent.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 octobre 2022 à 15:19

L’Afrique demeure une destination marginale du capital-investissement international. © Adobe Photo Stock.

En ces temps de retournement de la conjoncture mondiale et de ralentissement de l’activité du private equity (PE) à l’échelle planétaire, le continent suit-il une autre trajectoire ? Sur les six premiers mois de l’année, selon les derniers chiffres de l’Avca (Africa Private Equity and Venture Capital Association), l’Afrique enregistre une valeur cumulée de transactions en capital-risque de 3,5 milliards de dollars, soit plus du double (1,5 milliard de dollars) levé sur la même période de 2021.

À Lire Déjà 100 start-up africaines ont levé leur premier million de dollars

Cette forte hausse de l’investissement dans les start-up innovantes s’inscrit-elle dans une tendance de fond ou est-elle un simple décalage de l’activité dans le temps par rapport aux autres continents ?

Un continent mis à l’écart

L’Afrique demeure une destination marginale du capital-investissement international, rappelle Neil Brown, associé chez Actis, rencontré à Cannes lors de la dernière