Économie

Côte d’Ivoire : avec la Bicici, Alassane Ouattara tient enfin sa banque

Officialisé ce 28 septembre en conseil des ministres, le rachat par l’État ivoirien de la Bicici, filiale locale de BNP Paribas, permet au pays de concrétiser son ambition de loger un futur champion bancaire panafricain.

Réservé aux abonnés
Par - avec Baudelaire Mieu (à Abidjan)
Mis à jour le 29 septembre 2022 à 08:21

Photo de l’ex-siège de la Bicici, filiale de BNP Paribas, à Abidjan. © ISSOUF SANOGO/AFP

Deux mois presque jour pour jour après l’annonce du rachat par le groupe Sunu des parts majoritaires de sa filiale au Sénégal – la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal (Bicis), le français BNP Paribas finalise la cession de la majorité du capital de la Bicici, en Côte d’Ivoire.

À Lire Il était une fois BNP Paribas, pilier du capitalisme français en Afrique

Cette fois, et comme anticipé par Africa Business+ en avril, c’est un acteur du secteur public qui l’emporte. Une multitude même, puisque le consortium composé de la Banque nationale d’investissement (BNI) – première banque publique de Côte d’Ivoire -, de la Caisse des Dépôts et Consignation de Côte d’Ivoire (CDC-CI), de l’Institution de prévoyance sociale-Caisse générale de retraite des agents de l’Etat (IPS-CGRAE) et de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) acquiert quelque 67,49 % du capital de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie de la Côte d’Ivoire