Économie

E-commerce : « Le modèle grand public d’Amazon ou de Jumia ne peut pas réussir en Afrique »

Développement dans les pays africains francophones, concurrence avec le géant américain, inflation… Daniel Yu, fondateur de Wasoko, start-up valorisée à plus de 600 millions dollars, a répondu aux questions de Jeune Afrique depuis le Nigeria, dont il prospecte le marché.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 septembre 2022 à 16:32

Daniel Yu, CEO et fondateur de Wasoko (ex-Sokowatch). © Daniel Yu CEO and Founder of Wasoko

Daniel Yu n’est pas du genre à cacher ses ambitions ni ses convictions. Ce trentenaire américain a fondé Wasoko (ex-Sokowatch) en 2013 avec la certitude de tenir le modèle idéal du commerce en ligne made in Africa. Exhibant sa confiance à qui veut bien lui prêter attention, il balaie avec son entreprise la conception occidentale du commerce en ligne qui cible directement le consommateur final (Business to consumer ou B2C) pour préférer vendre ses produits aux professionnels (B2B), se branchant ainsi en prise directe et quotidienne avec les petits commerçants et les épiciers de quartier.

Neuf ans après ses débuts, Wasoko s’est étendu à huit pays du continent, emploie plus de 1 500 personnes, fournit 75 000 marchands via une centaine de fabricants comme Unilever ou Procter & Gamble, qui enrichissent son portefeuille de mille références de produits.

À Lire E-commerce : Sokowatch veut battre Jumia en Afrique de l’Ouest

Plus de 300 millions de dollars de