Économie

Sénégal : coup double pour Riyad dans les infrastructures

En un mois, le Fonds saoudien de développement a approuvé plus de 100 millions de dollars pour des projets routiers au Sénégal. Soit un tiers des financements accordés au pays ces quarante dernières années.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 septembre 2022 à 15:17

L’accord a été signé en présence du président sénégalais Macky Sall, du ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération du Sénégal, Oulimata Sarr, ainsi que du ministre saoudien de l’Investissement, Khalid bin Abdulaziz Al-Falih, à Dakar, le 27 septembre 2022. © FSD

Le 26 septembre, dix jours après sa nomination au ministère de l’Économie et du Plan, Oulimata Sarr a paraphé son premier gros contrat de financement : un prêt de 63 millions de dollars accordé par le Fonds saoudien de développement (FSD). Ces ressources financeront la première tranche (Dakar-Tivaouane) du projet d’autoroute côtière qui doit relier la première ville du pays à l’ancienne capitale, Saint-Louis.

À Lire Sénégal : vers un « renforcement » des liens avec l’Arabie saoudite ?

L’accord a été signé en présence du président Macky Sall, du ministère saoudien de l’Investissement Khalid bin Abdulaziz al-Falih et du directeur général du FSD, Sultan bin Abdulrahman al-Marshad. Le coût total du projet autoroutier, d’une longueur de 200 km à travers quatre régions et dix-sept communes du pays, est estimé à plus de 782 millions de dollars.

Il nécessitera pas moins de 56 milliards de F CFA (soit 85 millions d’euros) pour la réinstallation et l’indemnisation des