Politique

Nigeria : Atiku Abubakar et Bola Tinubu se lancent dans la campagne présidentielle

À cinq mois du scrutin de février 2023, dix-huit candidats espèrent prendre la tête du pays qui traverse une grave crise économique et sécuritaire.

Par
Mis à jour le 18 octobre 2022 à 15:39

Le président nigérian Muhammadu Buhari lors d’une allocution à la Nation depuis le palais présidentiel d’Abuja, le 21 août 2017. © Bayo Omoboriowo/AP/SIPA

Qui pour remplacer le président Muhammadu Buhari, âgé de 79 ans et qui ne se représente pas au terme de ses deux mandats ? La campagne qui s’ouvre devra départager deux principaux candidats qui s’affrontent pour sa succession : Atiku Abubakar, du Peoples Democratic Party (PDP) et Bola Ahmed Tinubu, du parti au pouvoir, le All Progressives Congress (APC).

À Lire Nigeria : Bola Tinubu contre Atiku Abubakar, duel de vétérans en vue de la présidentielle de 2023

Mais à cinq mois du scrutin, aucun favori n’a encore émergé et, fait rare chez le géant ouest-africain qui a renoué avec la démocratie en 1999, les candidats des deux principaux partis ne semblent pas assurés de pouvoir l’emporter dès le premier tour. « Contrairement aux six derniers scrutins, le vote de 2023 ne sera pas une course à deux candidats », souligne le professeur Dapo Thomas, de l’université de Lagos.

Au Nigeria, la participation est généralement faible (33% lors de la présidentielle de 2019) et les jeunes ne sont pas les électeurs les plus actifs. La politique est aussi largement conditionnée par les soutiens et les millions de dollars que les candidats peuvent investir dans une campagne. Au total, 18 candidats dont une femme se présentent. Le scrutin aura lieu le 25 février 2023. Les Nigérians éliront également leurs représentants parlementaires.

Bola Tinubu et Atiku Abubakar, tous deux septuagénaires, richissimes et controversés, devront convaincre les électeurs d’un pays où 60 % de la population a moins de 25 ans, et où l’exaspération grandit à l’égard de la vieille classe politique accusée de corruption et de mauvaise gouvernance.

Polarisation

La campagne qui s’ouvre officiellement ce 28 septembre durera cinq longs mois, ce qui, selon les analystes, pourrait accentuer les batailles internes au sein des partis et aggraver les divisions dans ce pays déjà extrêmement polarisé entre un nord musulman et un sud chrétien.

L’un des sujets centraux de la présidentielle de 2023 est une spécificité nigériane : le « zonage ». Selon cet accord tacite, la présidence doit alterner tous les deux mandats entre un candidat du Nord, majoritairement musulman, et du Sud, majoritairement chrétien. Ce principe vise à maintenir l’équilibre dans un pays qui compte plus de 250 groupes ethniques et où les tensions entre communautés sont fréquentes.

À Lire Présidentielle au Nigeria : Bola Tinubu choisit son colistier et tente un coup de poker

Parce que le président Buhari est originaire du Nord, la présidence devrait être briguée par un candidat du Sud. Or le PDP a choisi d’ignorer le « zonage » en désignant Atiku Abubakar, issu du Nord-Est. De plus, le parti au pouvoir, l’APC, présente un ticket « musulman musulman » : Bola Tinubu, musulman originaire du Sud, a choisi un candidat à la vice-présidence de la même confession que lui.

Bilan catastrophique

La tâche s’annonce rude pour cet ancien gouverneur de Lagos qui bénéficie certes d’une immense influence, mais qui doit porter le bilan catastrophique des huit années au pouvoir de Muhammadu Buhari. Le Nigeria traverse une grave crise économique depuis la pandémie de coronavirus, puis l’offensive russe en Ukraine, qui ont fait exploser les prix des produits alimentaires et du carburant. La production pétrolière ne cesse de décliner dans le pays qui a perdu sa place de premier producteur d’or noir sur le continent africain.

À Lire Nigeria : l’héritage économique de Buhari en douze graphiques

D’ici à la fin de l’année, le nombre de personnes vivant dans la grande pauvreté devrait dépasser les 95 millions, soit près d’un Nigérian sur deux, selon les projections de la Banque mondiale. Les pénuries d’essence et d’électricité empoisonnent le quotidien de ses habitants. Outre ce marasme économique, le Nigeria fait face à une insécurité quasi généralisée. Chaque jour, le pays connaît des violences perpétrées par des groupes criminels et/ou jihadistes, et les autorités, régulièrement accusées de corruption, sont incapables de les endiguer.

(avec AFP)