Économie

BEAC : l’inflation, bête noire d’Abbas Mahamat Tolli

Pour la deuxième fois de l’année, la Banque des États de l’Afrique centrale a relevé son taux directeur de 50 points de base afin de combattre la hausse des prix ; laquelle devrait persister en zone Cemac jusqu’en mars 2023 selon les prévisions de l’institution.

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 27 septembre 2022 à 18:29

Siège de la BEAC à Yaoundé, au Cameroun. © Diego Ravier pour JA

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) continue de resserrer sa politique monétaire. Le 26 septembre, l’institution régionale a relevé deux de ses principaux instruments de 50 points de base, au terme de son troisième comité de politique monétaire.

Ainsi, le taux d’intérêt des appels d’offres (TIAO), son taux directeur, passe de 4 à 4,50 %. Le taux de la facilité de prêt marginal – celui au-dessus duquel la Banque centrale ne peut prêter aux banques, afin d’encadrer le coût du refinancement sur le marché interbancaire et décourager le crédit – évolue de 5,75 à 6,25 %.

À Lire Ukraine-Russie : quels sont les pays africains les plus exposés à la flambée des cours du blé ?

Choix du pouvoir d’achat