Politique

Guinée : cinq questions pour comprendre les enjeux du procès du 28 septembre

Le procès du massacre du 28 septembre s’ouvre ce mercredi à Conakry. Quels sont les principaux éléments du dossier qui implique l’ex-président de la transition Moussa Dadis Camara, et plusieurs de ses proches ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 29 septembre 2022 à 12:05

Moussa Dadis Camara © SEYLLOU/AFP

LE DÉCRYPTAGE DE JA – Treize ans jour pour jour après le massacre du Stade-du-28-septembre, les responsables présumés de cette tragédie s’apprêtent à faire face à la justice guinéenne. L’ancien chef de la junte, Moussa Dadis Camara, et plusieurs de ses co-accusés ont été placés sous mandat de dépôt, mardi 27 septembre, à la veille du procès tant attendu par les victimes et les parties civiles qui s’ouvre, ce 28 septembre, à Conakry, dans un tribunal spécialement construit pour l’occasion. L’ampleur des faits jugés – 157 morts, 109 femmes violées, 1 500 blessés – et les maintes difficultés rencontrées par l’administration guinéenne pour l’organiser, font de cette audience d’ouverture un évènement d’ores et déjà historique. Jeune Afrique revient sur les principaux enjeux de ce procès qui pourrait durer plusieurs mois.

À Lire Sommet de la Cedeao : Assimi Goïta échappe aux sanctions, pas Mamadi Doumbouya

1. Que s’est-il passé le 28 septembre 2009 ?