Politique

Gabon : veillée d’armes pour la mairie de Libreville

Mis à jour le 22 mars 2013 à 12:32

Les multiples prétendants à la mairie de Libreville affutent leurs armes pour les prochaines municipales. La campagne promet d’être longue…

On ignore encore la date des élections municipales gabonaises (seule certitude : elles auront lieu dans le courant de l’année), mais les candidats à la mairie de Libreville se bousculent déjà au portillon. Il est vrai que le budget de la capitale pour l’exercice en cours est de 20,3 milliards de F CFA (près de 31 millions d’euros)…

Conformément à la tradition d’alternance « géopolitique » locale, Jean-François Ntoutoume Emane, le maire sortant, qui est un Fang de l’Estuaire, devrait passer le relais à un Mpongwé, l’autre ethnie de Libreville. Du coup, Laure Olga Gondjout, la secrétaire générale de la présidence, actuellement en délicatesse avec une partie de l’entourage d’Ali Bongo Ondimba, rêve de quitter le Palais pour l’hôtel de ville.

Aréopage

Dans les rangs du parti au pouvoir, elle devrait être en concurrence avec Alexandre Barro Chambrier, l’ancien ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, qui profite de son temps libre pour faire avancer sa propre candidature, et Jules-Marius Ogouébandja, l’ex-haut-commissaire au Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2012.

Dans l’opposition, Jean Eyeghe Ndong, l’ancien Premier ministre, n’a pas attendu l’avis de ses amis de l’Union nationale pour faire savoir qu’il sera, quoi qu’il arrive, candidat. Mais cet aréopage de prétendants aurait tort de trop vite enterrer le titulaire du poste, manifestement désireux de rempiler. Il lui faudra pour cela neutraliser son ennemi intime, l’ambitieux Jean-Jacques Kangué, actuel premier adjoint et poulain du baron librevillois André Dieudonné Berre.