Économie

Les énergies renouvelables, un marché en construction

L’augmentation des coûts et l’arrivée d’acteurs privés sur le marché des énergies renouvelables entraînent la modification des contrats et la construction de cadres réglementaires par les avocats d’affaires présents sur le continent.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 septembre 2022 à 09:11

Construction d’une centrale thermo-solaire à Aïn Beni Mathar, au Maroc, près de la frontière algérienne, en 2009. Avec plus de 300 jours de soleil par an, le site est le lieu idéal pour construire une centrale hybride. © Rafael Marchante /Reuters

Encore une drôle d’année sur le marché africain des énergies renouvelables. « C’est un marché concurrentiel pour les avocats. Nous devons nous assurer de répondre aux exigences des parties, que le projet soit capable de générer des revenus suffisants et de s’adapter aux réglementations qui ne cessent d’évoluer », résume Pierre Bernheim, avocat associé du cabinet Trinity International, désigné meilleur spécialiste des énergies renouvelables sur le continent par le Top 100 des avocats d’affaires qui ont marqué 2022, établi par Jeune Afrique et Africa Business +.


>>> A lire sur Africa Business+ Top 100 Legal Powerlist – Edition 2022


Des coûts de construction en hausse

Le solaire reste la star des politiques d’énergies renouvelables des États, mais le vent pourrait tourner. Depuis le début de la crise du Covid, l’importation des panneaux solaires, essentiellement produits en Chine et en Inde, a été fortement freinée, entraînant une hausse importante des coûts couplée à celle des matières premières dont l’acier.