Économie

Sénégal : comment les frères Diouf comptent révolutionner la filière agricole

Fondée en 2019, Afrikamart se propose de faire le lien entre petits producteurs et commerçants des marchés urbains en digitalisant l’ensemble de la chaîne de valeur. Voyant aussi loin que le potentiel de la filière est grand, Mignane et Albert Diouf ont récemment été confortés dans leur ambition par le soutien des investisseurs.

Réservé aux abonnés
Par - à Dakar
Mis à jour le 28 septembre 2022 à 15:43

Les frères Mignane et Albert Diouf, 34 et 30 ans, ingénieurs-informaticiens de formation, fondateurs et respectivement DG et directeur des opérations de la start up Afrikamart. © Afrikamart

LE PORTRAIT ÉCO — Mignane Diouf est le PDG d’Afrikamart, une start-up sénégalaise qu’il a cofondée avec son frère, Albert, en 2019, pour apporter des solutions à une chaîne de valeur agricole considérée comme défaillante. « Il existe aujourd’hui d’importantes pertes post-récoltes, des défauts logistiques, une flopée d’intermédiaires avec des comportements spéculatifs… Tout ça conduit à des effets de rupture et à des fluctuations de prix qui n’ont aucun sens », entame-t-il d’emblée.

Le créneau d’Afrikamart consiste à collecter les produits maraîchers de producteurs en zone rurale, pour les commercialiser, via sa plateforme numérique, auprès des commerçants des marchés traditionnels de Dakar, Mbour et Thiès.

À Lire Patisen, Coris, Dangote : le secteur privé à la conquête de la souveraineté alimentaire africaine

Ce marché à fort potentiel (l’informel représente plus de 90 % des transactions dans le pays) a attiré les fonds d’investissement Bamboo Capital, Orange Ventures Africa, Teranga Capital et Launch Africa, auprès desquels la start-up a levé 850 000 euros au mois de juin dernier.

Vaste réseau d’agents