Politique

Gabon : dix choses à savoir sur Guy Nzouba-Ndama, l’opposant accusé de blanchiment

Le président des Démocrates a été arrêté le 17 septembre dernier à la frontière congolaise avec des valises contenant plus d’un milliard de francs CFA en espèces sonnantes et trébuchantes.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 septembre 2022 à 14:18

Guy Nzouba-Ndama avait démissionné de la présidence de l’Assemblée nationale le 31 mars 2016. © MONTAGE JA : Vincent Fournier/JA

DIX CHOSES À SAVOIR SUR – Soupçonné de détention irrégulière de fonds, Guy Nzouba-Ndama a été mis en garde à vue à Franceville, puis brièvement remis en liberté, le 19 septembre, avant d’être repris par la Direction générale de la recherche (DGR), qui l’a transféré à Libreville, où une enquête sur des soupçons de blanchiment de capitaux a été ouverte. L’opposant a été libéré le 20 septembre au soir mais est prié de se tenir à la disposition de la justice.

À Lire Gabon : les mésaventures de Guy Nzouba-Ndama, placé en garde à vue à Franceville

1. Né dans le G7

Ce politicien né à Koulamoutou, dans l’Ogooué-Lolo, dans le sud du Gabon, est un Pouvi, une minorité proche des Nzebis, l’un des groupes sociologiques les plus importants du pays. La province de l’Ogooué-Lolo (ou G7) a longtemps été considérée comme le deuxième fief électoral d’Omar Bongo Ondimba (après le Haut-Ogooué). Le deuxième président du Gabon s’appuyait sur les élus – dont Nzouba – pour avoir la majorité au sein des institutions. Cette alliance a volé en éclats en 2016, l’Ogooué-Lolo ayant été supplantée par l’Ogooué-Ivindo en nombre de voix favorables à Ali Bongo Ondimba (ABO).

2. Prof de philosophie