Économie

À quoi sert encore l’Uemoa ? par Stéphane Ballong

Illisible et inaudible depuis plus d’un an, l’Union économique et monétaire ouest-africaine n’a plus d’union que le nom…

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 26 septembre 2022 à 16:55
Stéphane Ballong

Par Stéphane Ballong

Stéphane Ballong est directeur adjoint de la rédaction.

© Jeune Afrique

Bloquée, totalement paralysée. L’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) ne fonctionne plus depuis plusieurs mois et n’a plus d’union que le nom. Minée par des querelles de chapelle, la Conférence des chefs d’État, son organe suprême, ne s’est pas formellement réunie depuis mars 2021, à l’exception de quelques concertations tenues en marge des sommets de la Cedeao consacrés à la crise malienne. En attendant, les dossiers s’accumulent. La réforme du franc CFA ? Tombée aux oubliettes. La Cour de justice ? Une coquille vide, les mandats des huit juges qui la composent n’ayant pas été renouvelés depuis leur expiration, fin mai. 

Tensions et crispations

Difficile de dire quel chef d’État préside aujourd’hui aux destinées de l’organisation sous-régionale. Souvenez-vous : Jeune Afrique annonçait, en mars, la désignation du Béninois Patrice Talon pour prendre la suite de Roch Marc Christian Kaboré, renversé par un coup d’État deux mois plus tôt. Cette nomination devait être effective dans le courant du mois, puis en mai… et plus rien. 

À Lire Présidence de l’Uemoa : pourquoi la nomination de Patrice Talon a tardé