Politique

RDC : Olive Lembe Kabila, l’autre première dame

Depuis que son mari a quitté le pouvoir, en 2019, elle est sortie de l’ombre et joue de son influence pour critiquer Félix Tshisekedi. Portrait d’une femme d’affaires devenue très « politique ».

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 septembre 2022 à 12:31

Le couple Kabila (au centre) au côté du président Félix Tshisekedi (à dr.), après sa prestation de serment, à Kinshasa, le 24 janvier 2019. © Tony Karumba/ AFP)

Deux ans que Félix Tshisekedi attendait cela. Ce jeudi 30 juin, le président congolais réunit le gratin politique kinois. Les équipes de la télévision nationale sont mobilisées, et les tentes dressées sur le boulevard Lumumba accueillent les invités de marque, au premier rang desquels le président du Congo voisin, Denis Sassou Nguesso.

Ce soixante-deuxième anniversaire de l’indépendance de la RDC a valeur de symbole pour Félix Tshisekedi. Les reliques de Patrice Lumumba, icône nationale assassinée en 1961, vont bientôt reposer dans le mausolée construit pour l’occasion sur la place dite de l’Échangeur, dans la commune de Limete. Le chef de l’État congolais a la ferme intention de faire de ce moment un événement à la hauteur du héros de l’indépendance.

Poignée de VIP

Le même jour, se tient une autre cérémonie. Moins solennelle, plus discrète aussi, elle fait tout autant jaser dans le marigot kinois. Au rez-de-chaussée de la tour Kiyo Ya Sita, sur le boulevard du 30-juin, Olive Lembe Kabila inaugure un centre hospitalier Initiative Plus – du nom de sa fondation. Une poignée de journalistes a été conviée. Quelques VIP, proches de Joseph Kabila, aussi. Il y a là Emmanuel Ramazani Shadary, l’ancien dauphin du raïs, Raymond Tshibanda, le coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC), ou encore Aubin Minaku, l’ex-président de l’Assemblée nationale.

Elle égratigne volontiers l’administration Tshisekedi tout en vantant l’héritage de son mari