Politique

Algérie – « Dattegate » : le journaliste Belkacem Houam bientôt libéré ?

Le journaliste d’« Echourouk » est détenu depuis plusieurs jours après la publication d’un article sur l’arrêt des exportations des dattes algériennes pour des raisons sanitaires.

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 14 septembre 2022 à 13:10

Alger, au pied de la Casbah. © P. JUSTE/LE PROGRES/MAXPPP

Au cinquième jour de son incarcération, le journaliste Belkacem Houam, du quotidien arabophone Echourouk, a été entendu sur le fond de l’affaire par le juge d’instruction, a appris Jeune Afrique auprès de son avocat, Hassen Brahimi. Sa défense a introduit une demande de liberté provisoire auprès de la chambre d’accusation et s’attend à un retour favorable.

Belkacem Houam, 41 ans, a été écroué à la prison d’El Harrach, à Alger, le 8 septembre, après avoir informé ses lecteurs que 3 000 tonnes de dattes exportées en Europe, notamment en France, avaient été renvoyées en Algérie au motif qu’elles contenaient des substances nocives pour la santé. Il a été convoqué et entendu dans la matinée par la police judiciaire, puis présenté devant le tribunal de Hussein Dey, à Alger.

« Diffusion de fausses informations »

Son article, paru la veille, contient des témoignages anonymes d’exportateurs sur la manière dont les autorités gèrent l’usage des pesticides en Algérie. Il précise aussi que le ministère du Commerce a pris la décision d’arrêter l’export de dattes à l’issue d’une réunion tenue dans l’urgence.

Ce ministère ainsi que celui de l’Agriculture ont catégoriquement contesté, le jour même, les informations publiées. « Tout ce qui a été mentionné dans cet article est basé sur des informations injustifiées, dénuées de tout fondement et attentatoires à l’économie nationale et à la richesse que recèle le pays », a réagit le ministère du Commerce.

À Lire Maroc-Algérie : à quelques jours du ramadan, la guerre de la datte est déclarée