Politique

Burkina Faso-Niger : Damiba et Bazoum musclent leur coopération militaire

Leurs pays étant tous deux en proie aux violences jihadistes, le président de la transition burkinabè et le chef de l’État nigérien ont décidé de signer un accord de défense. Et veulent impliquer Assimi Goïta.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 14 septembre 2022 à 10:51

Le ministre nigérien de la Défense, Alkassoum Indatou, lors de son arrivée au Burkina Faso, le 22 août. © MINISTERE DEFENSE BF

À Ouagadougou, fin août, le ministre nigérien de la Défense, Alkassoum Indatou, et celui qui était alors son homologue burkinabè, le général Barthélemy Aimé Simporé, ont travaillé sur les contours d’un accord de défense qui entrera bientôt en vigueur. Ce document formalise les rapports de coopération déjà solides entre les deux armées, qui fonctionnaient jusqu’ici sur la base d’un concept d’opérations ( ou « conops »).

À Lire Burkina Faso : hélicoptères de combat, redéploiement militaire… Damiba renforce le dispositif sécuritaire

Selon nos informations, non seulement ces forces quadrilleront la zone des trois frontières, mais elles pourront aussi effectuer des exercices militaires sur le pourtour frontalier, jusqu’à la limite avec le Bénin. Les autorités burkinabè souhaitent en outre impliquer Bamako dans ces manœuvres afin de créer un front commun pour tenter d’enrayer la menace terroriste.

Un autre front à l’ouest