Politique

Présidentielle en RDC : la tournée américaine de Martin Fayulu

Pour préparer sa revanche électorale contre Félix Tshisekedi, l’opposant se rend aux États-Unis cette semaine. Il y rencontrera des officiels américains, des membres de la diaspora congolaise et des chefs religieux. Coulisses.

Réservé aux abonnés
Par - à Washington
Mis à jour le 13 septembre 2022 à 17:09

Martin Fayulu à Kinshasa, le 7 avril. © Arsene Mpiana pour JA

Selon nos informations, Martin Fayulu devrait solliciter des membres du Congrès américain et l’administration de Joe Biden pour que Washington suive de près l’évolution de la situation de ce pays stratégique d’Afrique centrale qu’est la RDC et contribue à y garantir des élections libres et équitables en 2023. Les États-Unis avaient joué un rôle clé dans l’issue de la présidentielle de décembre 2018 en soutenant la victoire de Félix Tshisekedi malgré le fait que de nombreuses irrégularités avaient été dénoncées, et Fayulu est déterminé à éviter que l’histoire se répète.

Le lobbyiste américain Jeffrey Smith participe à l’organisation de ce voyage dans le cadre du contrat passé avec Vanguard Africa, qui gère, pour 7 000 dollars par mois, une « campagne indépendante, libre et équitable » en RDC. Sa société est un sous-traitant de Future Pact, qui représente Fayulu pour 17 500 dollars mensuels jusqu’en décembre 2023.

À Lire RDC : « Le jour où on m’a volé la victoire », par Martin Fayulu

Cette tournée est une « manœuvre classique pour se positionner avant les élections », affirme Joseph Szlavik, un lobbyiste rival travaillant pour le gouvernement de Tshisekedi via Scribe Strategies & Advisors. « Tshisekedi veut supprimer toute question sur l’intégrité du dernier scrutin. » Pendant ce temps, Fayulu et ses alliés redoublent d’efforts pour faire valoir que les dernières élections étaient un « gâchis » et convaincre Washington d’être à l’affût de toute irrégularité ou de tout effort visant à saper l’opposition.

Martin Fayulu débutera ses apparitions publiques par une intervention, le 15 septembre, au Centre africain de l’Atlantic Council, dirigé par la Française Rama Yade, ancienne secrétaire d’État (chargée des Affaires étrangères, puis des Sports) de Nicolas Sarkozy. Puis la campagne de sensibilisation politique commencera le 19.

Lobbying intense