Politique

Maroc-France : la fin d’une relation privilégiée

Entre ces deux-là, le mot « crise » est toujours tabou. Les signaux d’un malaise persistant entre Paris et Rabat sont pourtant de moins en moins faibles.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 octobre 2022 à 09:31

Le président français Emmanuel Macron et le roi du Maroc Mohammed VI. © MONTAGE JA : Christophe Archambault/Pool via Reuters

FRANCE – MAGHREB : L’ÉQUATION IMPOSSIBLE (2/4) – En juin et juillet derniers, puis à nouveau début septembre, le roi Mohammed VI passait plusieurs semaines en France. Deux mois durant lesquels le monarque, venu au chevet de sa mère que l’on dit souffrante, a séjourné essentiellement à Paris, dans une de ses résidences acquise en 2020 : un hôtel particulier situé dans le 7e arrondissement, derrière le Champ de Mars. Soit à deux pas de l’Élysée.

Pourtant, comme l’ont confirmé plusieurs sources consultées par JA, à aucun moment le souverain marocain et le président français ne se sont vus, ni appelés au téléphone.

Pas même un message protocolaire de prompt rétablissement n’a été adressé par Emmanuel Macron au roi du Maroc lorsque ce dernier, pendant cette période, a contracté le Covid – ce qu’il n’avait pas manqué de faire lorsque le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, était tombé malade, en octobre 2020. De son côté, Mohammed VI n’avait pas omis d’envoyer ses vœux de bonne santé au locataire de l’Élysée lorsque celui-ci avait été déclaré positif au coronavirus en décembre 2020.

À Lire France – Maghreb : Macron, Mohammed VI, Tebboune et Saïed… l’équation impossible

Autant de marques d’une relation qui bat de l’aile entre les deux chefs d’État. Ce qui est plutôt un euphémisme, à en croire un ancien haut diplomate français, qui la qualifie, lui, d’« exécrable ».

Le grand malentendu