Économie

Kaba Nialé : « Abidjan produit l’essentiel de la richesse du pays »

La ministre du Plan et du Développement défend la stratégie du gouvernement visant à rendre la capitale économique ivoirienne attractive pour les investisseurs. Et fait le point sur l’état d’avancement des projets d’amélioration du cadre de vie des Abidjanais.

Réservé aux abonnés
Par - à Abdijan
Mis à jour le 12 octobre 2022 à 08:07

La ministre du Plan et du Développement, dans son bureau à Abidjan, le 7 septembre 2022. © Issam Zejly pour JA

Le 15 juin 2022, le groupe consultatif du Plan national de développement (PND) ivoirien, qui court sur la période 2021-2025, s’est réuni à Abidjan. La rencontre s’est soldée par un succès, les annonces d’investissements dépassant très largement l’objectif fixé. Où en est aujourd’hui la mobilisation de ces financements extérieurs et quelle est la stratégie de développement mise en place, à la fois pour le pays et pour sa capitale économique ? Kaba Nialé, la ministre chargée du dossier, fait le point pour Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Combien de projets du PND concernent Abidjan, et quel est leur état d’avancement ?

Kaba Nialé : Abidjan est la capitale économique. Donc l’essentiel des activités économiques en Côte d’Ivoire se déroule autour de cette grande ville de 6 millions d’habitants, qui grandit vite et produit l’essentiel de la richesse du pays. Dès 2011, le président de la République, Alassane Ouattara, a lancé un certain nombre de projets importants qui concernent la mobilité urbaine, l’assainissement, la construction et l’urbanisation, et les infrastructures portuaires.

À Lire Côte d’Ivoire : déjà 25 milliards d’euros promis pour financer le PND

Prenons l’exemple des projets d’assainissement qui permettront de gérer la question des eaux de pluie. Lorsqu’il pleut à Abidjan, il y a parfois des inondations, des éboulements et quelquefois des morts tragiques. Il faut également trouver une réponse à la question de l’écoulement des eaux usées et des ordures ménagères que nous générons au quotidien. Une série de projets visent le même objectif : par exemple, l’aménagement de la baie de Cocody, estimé à 188 milliards de F CFA, dont la construction du “5e pont”. Non loin de là, la BAD finance la gestion intégrée du bassin versant du Gourou, qui entre dans sa deuxième phase.

À Lire Guillaume Koffi : « Abidjan se construit malheureusement sans les architectes et plus vite que nous ne la pensons »