Politique

France – Maghreb : Macron, Mohammed VI, Tebboune et Saïed… l’équation impossible

Consciente du recul de son influence, la France a réactivé sa politique maghrébine, notamment via la visite d’Emmanuel Macron à Alger fin août. Mais, dans un contexte de grandes tensions régionales, Paris navigue en eaux troubles.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 3 octobre 2022 à 13:12

Relancer l’amitié franco-marocaine, se réconcilier avec l’Algérie et retrouver sa place de « parrain » principal de la Tunisie : tel est l’enjeu pour le président français Emmanuel Macron. © Montage JA : Stéphane Mahé / AFP

FRANCE – MAGHREB : L’ÉQUATION IMPOSSIBLE (1/4) – « Malentendu : divergence d’interprétation entre personnes qui croyaient se comprendre, ou mésentente sentimentale », nous renseigne Le Petit Robert. Deux définitions qui correspondent à l’état des relations, autrefois privilégiées, entre Paris et Rabat. Depuis que la France a décidé, il y a un an, de réduire drastiquement le nombre de visas octroyés aux ressortissants marocains, y compris à des personnalités francophiles habituées aux allers-retours entre les deux rives de la Méditerranée, l’incompréhension règne du côté du royaume.

En cause, le nombre jugé insuffisant de laissez-passer consulaires délivrés par le Maroc pour permettre l’expulsion vers le royaume de ses ressortissants frappés d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Le Maroc a beau répondre qu’il ne saurait accueillir des personnes qui, souvent, ne