Économie

Angola : gagnants, survivants, nouveaux entrants, le paysage éco de Lourenço

Alors que les anciens rois de l’ère dos Santos sont en déclin, de nouveaux barons économiques émergent dans l’Angola de João Lourenço.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 7 septembre 2022 à 19:50

Le président angolais João Lourenço à Sonangol, le 7 juin 2022. © AFP.

Une recomposition plus qu’une révolution. C’est ce que vit le secteur privé angolais. Amorcé avec l’arrivé au pouvoir de João Lourenço en 2017 et le lancement de réformes macroéconomiques, le mouvement devrait se poursuivre. Le président sortant, reconduit pour cinq ans au terme d’élections générales dont les résultats sont contestés par l’opposition, ne cesse d’appeler à la consolidation du monde entrepreneurial. C’est le seul moyen de créer richesses et emplois à la hauteur d’attentes sociales croissantes.

Avec une économie encore dominée par l’or noir – l’Angola en est le deuxième producteur du continent – et en reprise post-Covid – 3 % de croissance du produit intérieur brut (PIB) attendu cette année –, la tâche n’est pas aisée. Encore moins au regard de l’histoire du pays, marquée par la prégnance des entités publiques, dont la compagnie nationale de pétrole Sonangol. Ayant déjà engendré la perte d’influence de l’ancienne famille présidentielle dos Santos, le processus en cours crée de nouveaux rapports de force. Aperçu d’un paysage en pleine reconstruction.

À Lire João Lourenço a-t-il rendu l’Angola plus « business friendly » ?

« Protégé du président »