Politique

Maroc : la communauté tunisienne face à la crise diplomatique

Ils sont près de 5 000 Tunisiens à vivre au Maroc. Secoués par la crise diplomatique entre leur pays et le royaume, ils veulent croire qu’il ne s’agit que d’un orage passager.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 septembre 2022 à 17:17

Le président Kaïs Saïed (à dr.) au côté de Brahim Ghali, le chef du Polisario, à Tunis, le 26 août 2022. © TUNISIAN PRESIDENCY/Anadolu Agency via AFP

Certains étaient de retour après des vacances au pays, d’autres s’étaient contentés d’un été tranquille pour explorer, souvent avec des proches venus de Tunisie, le Maroc, leur pays de résidence. À la veille d’une rentrée qui s’annonçait sans surprise, ces Tunisiens vivant au Maroc sont tous tombés des nues quand, le 26 août, Rabat a décidé de rappeler son ambassadeur à Tunis.

En cause, l’accueil chaleureux réservé par le président tunisien Kaïs Saïed à Brahim Ghali, chef de la RASD, en marge de la 8e Conférence de Tokyo pour le développement en Afrique (Ticad) qui s’est tenue à Tunis. Un geste qui met fin à la traditionnelle neutralité de la Tunisie sur la question sahraouie. Et qui met dans l’embarras les plus de 5 000 Tunisiens vivant au Maroc, pris, malgré eux, dans les courants froids qui soufflent entre les deux pays.

À Lire Maroc-Algérie : l’intenable neutralité tunisienne

« Difficile pour les Tunisiens au Maroc de supporter le chauvinisme exacerbé de certains Marocains dont les réactions sont démesurées et très violentes sur les réseaux sociaux et dans les médias », constate Karim Baklouti Barketallah, dirigeant d’entreprise à Casablanca.

Malaise