Justice

Algérie : cauchemar suisse pour Khaled Nezzar

L'ancien ministre algérien de la Défense, Khaled Nezzar, en avril 2001. © Thomas Coex/AFP

Inculpé pour "torture" en Suisse en 2012, l'ancien ministre algérien de la Défense Khaled Nezzar a été auditionné pendant plus de sept heures. Et il pourrait bientôt être confronté à de nouvelles plaintes.

L’ex-ministre algérien de la Défense Khaled Nezzar n’en a pas fini avec la justice helvétique. Inculpé en 2012 pour « crimes de guerre » par le tribunal fédéral de Genève, l’ancien homme fort du régime algérien a été entendu, le 2 mai, par des juges suisses pour répondre des accusations de torture et de sévices lancées contre lui par deux ressortissants algériens. Auditionné pendant plus de sept heures, Nezzar a été laissé libre de ses mouvements, mais pourrait vraisemblablement être confronté à de nouveaux plaignants qui souhaitent engager des poursuites contre lui pour des faits présumés de torture commis dans les années 1990, quand il occupait le poste de ministre de la Défense.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte