Politique
Faure Essozimna Gnassingbé, le  21 avril 2022 à Cinkassé, dans la région des Savanes. © Emmanuel Pita

Cet article est issu du dossier

Togo : le prix de la stabilité

Voir tout le sommaire
Économie

Togo – Investissements, agriculture, industrie : les clés du rebond

Transformation structurelle en marche, investissements soutenus, déficit maîtrisé… Malgré le contexte sécuritaire régional, les conséquences du Covid et, désormais, celles de la guerre en Ukraine, l’économie togolaise tient le cap de la croissance. Elle devrait même atteindre 5,6 % cette année. Est-ce pérenne ? Décryptage.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à Lomé
Mis à jour le 7 octobre 2022 à 16:16

Le siège du groupe panafricain Ecobank, sur le boulevard du Mono, à Lomé. © Jacques TORREGANO pour JA

Depuis six mois, l’inflation rogne chaque jour un peu plus le panier de la ménagère, et dans le Nord du pays, la région des Savanes, frontalière avec le Burkina Faso, est confrontée aux incursions de groupes jihadistes, lesquels font peser une menace sur les populations comme sur l’économie. Le Togo saura-t-il préserver son attractivité et sa réputation de pays où il fait bon vivre et faire des affaires ?

Les pouvoirs publics semblent en tout cas déterminés à trouver un compromis entre inflation et croissance, ainsi qu’à renforcer la stabilité sécuritaire, économique et sociale. « L’insécurité freine l’élan positif et détourne les autorités des priorités de développement, puisqu’elles doivent consentir davantage de ressources dans les effectifs et équipements militaires. Il est donc primordial de garantir la sécurité, qui attire les investisseurs », reconnaît le patron d’un groupe bancaire établi à Lomé.

À Lire Togo : à quoi serviront les 356 millions de dollars de la BAD ?