Politique

Algérie-France : quand « Le Monde » présente ses excuses à Emmanuel Macron

Le chercheur Paul Max Morin a vu sa tribune consacrée à la colonisation française en Algérie retirée du site du journal « Le Monde ». Explications.

Par
Mis à jour le 2 septembre 2022 à 11:26

Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune, le 25 août 2022 à Alger, lors d’une conférence de presse commune. © Anis Belghoul/AP/SIPA

« Nous avons décidé de retirer de notre site la tribune du politiste Paul Max Morin sur le récent voyage d’Emmanuel Macron en Algérie, publiée jeudi 1er septembre. Ce texte reposait sur des extraits de citations qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’État. Si elle peut être sujette à diverses interprétations, la phrase « une histoire d’amour qui a sa part de tragique » prononcée par M. Macron lors de la conférence de presse n’évoquait pas spécifiquement la colonisation, comme cela était écrit dans la tribune, mais les longues relations franco-algériennes. Le Monde présente ses excuses à ses lectrices et lecteurs, ainsi qu’au président de la République. »

À Lire « Messieurs Macron et Tebboune, laissez vos jeunesses inventer une nouvelle relation ! »

C’est le message que découvrent les internautes depuis hier soir lorsqu’ils cliquent sur l’article titré « Réduire la colonisation française en Algérie à une histoire d’amour parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle », publié dans Le Monde le 1er septembre, en fin de matinée.

« Idéologie coloniale »

Paul Max Morin, chercheur associé au Centre de recherche politique de Sciences-Po, y réagissait aux propos tenus par le président français lors de sa récente visite de trois jours en Algérie. « C’est une histoire d’amour qui a sa part de tragique », avait notamment affirmé le président français.

Paul Max Morin constate d’abord qu’en « cinq ans, la colonisation sera passée, dans le verbe présidentiel, d’un “crime contre l’humanité” (2017) à “une histoire d’amour qui a sa part de tragique”. Le chercheur estime ainsi que « la droitisation du paysage politique français a amené Emmanuel Macron à durcir sa ligne ».

À Lire Juifs, musulmans, chrétiens : le voyage œcuménique de Macron en Algérie

La phrase présidentielle s’inscrirait ainsi « dans la continuité d’une idéologie coloniale qui n’a jamais cessé d’utiliser des euphémismes pour masquer les réalités sociales et politiques ». Et l’auteur de Les Jeunes et la guerre d’Algérie (PUF) de citer les violences, l’accaparement des terres, les enfumades, la pratique de la terre brûlée, ou encore l’indigénat et les ratonnades, la torture et les bombardements.

Le chercheur critique également l’annonce de la création d’une nouvelle commission d’historiens, « qui laisse entendre que le travail de recherche et de précision sur les faits n’aurait pas été effectué ». Paul Max Morin rappelle par ailleurs que toutes les archives sur la colonisation française et la guerre d’Algérie n’ont pas été ouvertes.

À Lire Algérie-France : Tebboune et Macron recollent les morceaux

Après avoir évoqué cette « histoire d’amour qui a sa part de tragique », Emmanuel Macron avait assuré qu’il « faut pouvoir se fâcher pour se réconcilier. Depuis que je suis président, j’essaie de regarder notre passé en face. Je le fais sans complaisance. Sur la question mémorielle et la question franco-algérienne, nous sommes en permanence sommés de choisir, entre la fierté ou la repentance. Moi je veux la vérité et la reconnaissance, sinon on n’avancera jamais. »

Selon nos informations, le retrait de la tribune de Paul Max Morin a provoqué des critiques au sein de la rédaction du Monde, notamment sur le processus de validation des articles. La société des journalistes du Monde s’exprimera dans les heures qui viennent sur cette situation.