Société

Maroc – Football : qui est Walid Regragui, le nouveau sélectionneur national ?

L’ancien international marocain Walid Regragui, 46 ans, a été choisi pour succéder à Vahid Halilhodzic, limogé au début du mois d’août, à un peu plus de trois mois du Mondial au Qatar (20 novembre-18 décembre).

Mis à jour le 31 août 2022 à 11:59

Walid Regragui, le nouveau sélectionneur des Lions de l’Atlas. © REUTERS

Nommé officiellement pour trois ans à la tête des Lions de l’Atlas, Walid Regragui va rapidement diriger ses premiers matchs, les 23 et 27 septembre prochain en Espagne contre le Chili et le Paraguay en amical. Le Maroc, qui affrontera le Canada, la Belgique et la Croatie en phase finale de la Coupe du Monde, a fait le choix risqué de changer de sélectionneur à l’approche de la compétition. Il a opté pour un technicien qui reste sur une saison éblouissante avec le Wydad Casablanca, vainqueur du championnat et de la Ligue des Champions, et qui effectuera bientôt ses grands débuts en tant que sélectionneur.

À Lire Maroc – Football : pourquoi Vahid Halilhodzic a été remercié

Joueur, une carrière essentiellement française

Walid Regragui est né en septembre 1975, à Corbeil-Essonnes, et dispose donc de la double nationalité franco-marocaine. Formé dans le club de sa ville natale, puis passé par le RC Paris en 1999, ce défenseur n’a connu que cinq clubs lors de sa carrière professionnelle, dont quatre en France (Toulouse, AC Ajaccio, Dijon et Grenoble). Il a également évolué pendant trois ans au Racing Santander (Espagne), de 2004 à 2007. Blessé juste après sa signature, il a effectué ses débuts en Liga en janvier 2015, au Nou Camp de Barcelone, face à Samuel Eto’o et Ronaldinho. En 2010, Regragui met un terme à sa carrière professionnelle, tout en continuant d’évoluer au niveau amateur, à l’US Fleury-Mérogis, et de passer ses diplômes d’entraîneur.

À Lire Maroc : la garde rapprochée de Fouzi Lekjaâ, l’influent patron du football

International marocain à 25 ans

Bénéficiant de la double nationalité franco-marocaine, Regragui a décidé de jouer pour le pays de ses parents. Il a honoré sa première sélection en janvier 2001, sous les ordres du Portugais Humberto Coelho. Il a notamment fait partie, aux côtés de Youssouf Hadji, Abdeslam Ouaddou, Noureddine Naybet ou Talal El Karkouri, de l’équipe qui avait atteint la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2004 en Tunisie, perdue face aux Aigles de Carthage (1-2). S’il a disputé cette compétition à deux reprises (2004 et 2006), il n’a jamais participé à la Coupe du Monde, le Maroc ne s’étant pas qualifié entre 1998 et 2018. Il compte 45 sélections (1 but), la dernière remontant au mois de juin 2009.

À Lire Football – CHAN 2018 : le Maroc remporte le Championnat d’Afrique des nations

Sélectionneur adjoint en 2012

Avant d’être sélectionneur, Regragui a donc été joueur, mais également sélectionneur-adjoint. En septembre 2012, Rachid Taoussi décide de l’intégrer à son staff technique. Le duo collaborera jusqu’au mois d’octobre 2013, après l’élimination du Maroc en qualifications pour la Coupe du Monde 2014. Choisi par Fouzi Lekjaâ, l’influent président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), alors que des noms plus prestigieux – Laurent Blanc, Rudi Garcia, Claude Puel, André Villas-Boas – avaient circulé sans réel fondement avant le limogeage d’Halilhodzic, il sera le quatorzième Marocain à entraîner les Lions de l’Atlas depuis 1957. Le Maroc n’avait plus fait appel à un de ses ressortissants depuis 2016 et le remplacement de Badou Zaki par Hervé Renard. Selon plusieurs sources, Regragui touchera un salaire mensuel de 60 000 euros, des émoluments inférieurs à ceux de l’expérimenté Halilhodzic, qui émargeait à 80 000 euros par mois.

À Lire Maroc – Fouzi Lekjaâ : « Je suis en contact permanent avec Samuel Eto’o »

Entraîneur à succès en club

Après son expérience d’adjoint en sélection, Regragui a été nommé entraîneur du FUS Rabat, un club formateur réputé proche du Dar al-Makhzen, le palais royal. Il y a resté de juin 2014 à fin 2019, une longévité exceptionnelle dans un pays où le turn over règne sur les bancs de touche, le temps de remporter la prestigieuse Coupe du Trône en 2014, le championnat en 2016 et le titre de meilleur entraîneur du Maroc la même année. Lors de son passage au Qatar, à Al-Duhail (janvier à octobre 2020), Regragui remporte également le championnat. Après huit mois sans club, il est choisi par Saïd Naciri, l’imprévisible président du Wydad, pour coacher le prestigieux club de Casablanca. Un pari gagnant pour le dirigeant, puisque son club rafle la Ligue des Champions de la CAF et le championnat.

À Lire Maroc – Fouzi Lekjaâ : « Il n’y a jamais eu de conflits entre les fédérations marocaine et algérienne »

Polyglotte, pédagogue et fin communicant

Avant de devenir footballeur professionnel, Regragui a mené avec un certain succès ses études, puisqu’il est titulaire d’un bac S et d’un DEUG en sciences économiques. Outre le français, il parle l’arabe, l’anglais et l’espagnol, ce qui facilitera les échanges avec ses joueurs. Le nouveau sélectionneur des Lions de l’Atlas, réputé bon communicant, proche de ses joueurs, mais aussi très à cheval sur le respect des règles collectives, devra aussi gérer un vestiaire peuplé d’egos. Pour les deux matches de septembre, il devrait rappeler le talentueux milieu de terrain offensif Hakim Ziyech (Chelsea, Angleterre), en conflit ouvert avec Halilhodzic, et que Lekjaa et les supporters marocains veulent de nouveau voir sous le maillot national. Le joueur avait déclaré qu’il ne jouerait plus pour son pays tant que le Bosnien serait en place, et ce dernier ne souhaitait pas transiger, après avoir pointé du doigt l’attitude de l’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam. Une position ferme qui a beaucoup joué dans son récent limogeage…