Finance
 © Jeune Afrique

Cet article est issu du dossier

Classement exclusif : les 300 champions de la finance

Voir tout le sommaire
Économie

Il était une fois BNP Paribas, pilier du capitalisme français en Afrique

La banque française, dont les activités sur le continent remontent à près d’un siècle et demi, vend ses dernières filiales majeures en zone CFA. La fin d’une époque ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 septembre 2022 à 11:26
Joël Té-Léssia Assoko

Par Joël Té-Léssia Assoko

Joël Té-Léssia Assoko est journaliste spécialisé en économie et finance à Jeune Afrique.

Photo de l’ex-siège de la Bicici, filiale de BNP Paribas, à Abidjan. © ISSOUF SANOGO/AFP

Dans quelques mois, l’aventure de BNP Paribas en Afrique subsaharienne francophone sera achevée, avec le bouclage de la vente de ses deux dernières grandes filiales – en Côte d’Ivoire et au Sénégal. L’héritier du Comptoir national d’escompte de Paris – ex-parrain des « banques coloniales » créées dans les années 1850 pour « transformer en liquidités les indemnités obligataires accordées aux propriétaires ayant perdu la “propriété” de leurs esclaves », notait l’historien français Hubert Bonin – aura vécu au rythme des avancées et – peut-être – du déclin d’un certain capitalisme français en Afrique.

À Lire Pour BNP Paribas, l’Afrique subsaharienne n’est plus une priorité

Du Sénégal au Zaïre