Politique
Faure Essozimna Gnassingbé, le  21 avril 2022 à Cinkassé, dans la région des Savanes. © Emmanuel Pita

Cet article est issu du dossier

Togo : le prix de la stabilité

Voir tout le sommaire
Économie

Togo : MSC seul maître à bord au port de Lomé, ou presque

Début 2023, le groupe Bolloré va céder ses activités logistiques en Afrique à l’armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC). Une cession qui va conforter l’hégémonie de ce dernier dans la capitale togolaise, devenue le premier port à conteneurs d’Afrique de l’Ouest.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à Lomé
Mis à jour le 21 octobre 2022 à 14:12

Le terminal à conteneurs de TIL, la filiale de Mediterranean Shipping Company (MSC), dans le port de Lomé. © Andrew Esiebo/PANOS/REA.

Principale porte d’entrée et de sortie du commerce international du Togo, le Port autonome de Lomé (PAL) a intégré en 2021 le « One Hundred Container Ports », se classant premier port à conteneurs d’Afrique de l’Ouest et quatrième du continent, mais aussi deuxième plateforme de transbordement des marchandises conteneurisées en Afrique subsaharienne, derrière Durban.

Avec la cession, qui doit être finalisée d’ici à la fin du premier trimestre 2023, des activités africaines du groupe français Bolloré Transport Logistics (BTL) au géant italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC), premier armateur mondial, c’est toute la chaîne logistique togolaise qui entre dans une nouvelle ère, avec, en toile de fond, le développement de la plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA), inaugurée en juin 2021, à une vingtaine de kilomètre de Lomé.

Un demi-milliard d’euros d’investissements

Ces dernières années, l’activité du PAL n’a cessé de croître, le volume global traité enregistrant une hausse de 38,4 % de 2019 à 2021, année où il s’est établi à 23,6 millions de tonnes. Une tendance qui fonde certains observateurs à estimer que le PIB généré dans la zone portuaire représenterait désormais plus de 50 % du PIB national.