Politique

Mali : pourquoi la composition du futur organe de gestion des élections fait déjà débat

Pas encore achevée, la désignation, par tirage au sort, des membres de l’Autorité indépendante de gestion des élections est dénoncée par la classe politique et la société civile.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 septembre 2022 à 10:56

La création d’un organe indépendant de gestion des élections était une demande de longue date de la classe politique. © Michele Cattani/AFP.

Sept sièges à pourvoir, 14 noms tirés au sort sur une liste qui en comptait 172, et déjà, pour les élections à venir au Mali, des craintes de favoritisme. Le 22 août, Me Alhousseyni Diop, huissier-commissaire de justice de Bamako, a sélectionné aléatoirement huit représentants de la classe politique et six membres de la société civile. Sept hommes et sept femmes, choisis à l’aveugle et dont la moitié seulement finira par siéger au sein du collège de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE).

À Lire Élections au Mali : pourquoi le gouvernement a changé d’avis sur l’organe unique

Au total, l’instance directrice de l’AIGE doit compter 15 membres, en poste pour un mandat de sept ans, non renouvelable. Huit d’entre eux ont déjà été nommés directement par les autorités ; les sept autres devront donc leur pupitre au hasard. En théorie, du moins.

Une loterie peu démocratique