Politique

Burkina Faso : un chef local du GSIM neutralisé par l’armée

Selon les informations de Jeune Afrique, les services de sécurité burkinabè ont éliminé Sadou Dicko lors d’une offensive menée le 28 août.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 30 août 2022 à 16:58

Des éléments de l’armée burkinabè près de Ouagadougou, en avril 2018. © Issouf Sanogo/AFP

Sadou Dicko, 40 ans, a été tué le 28 août par les Forces spéciales burkinabè, appuyées par l’armée de l’air, lors d’une offensive qui visait une base terroriste dans la localité de Soam, près de Matiacoali, à l’est du pays. C’est au cours des affrontements que cette figure locale du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaïda et à l’État islamique au Grand Sahara), a trouvé la mort. Cet homme originaire de Mourdeni avait débuté ses activités terroristes en 2019.

Multiples attaques